dimanche 6 janvier 2013

Origine de la Galette des rois


La galette des rois, est une tradition typiquement française qui avait déjà cours au XIVe siècle. 


Au nord on parle de galette mais au sud il s'agit plutôt d'une brioche en forme de couronne.

La galette était partagée en autant de portions que de convives, plus une. Cette portion supplémentaire, appelée "part du Bon Dieu" ou "part de la Vierge", était destinée au premier pauvre qui se présenterait.
 
La galette est dégustée le 6 janvier, jour de l'Epiphanie. Le terme "épiphanie" est issu du grec et signifie "apparition". Cette fête correspond à la présentation de Jésus enfant aux Rois Mages.
Les premières galettes étaient modestes. Il s'agissait plutôt d'une galette de pain. La brioche en couronne couverte de fruits confits dans le sud de la France ou la galette de Pithiviers au Nord, remplacèrent le pain et une hiérarchisation apparue avec le remplacement de la pièce d'argent par une pièce d'or chez les riches ou par une simple fève séchée chez les pauvres.
 
La plus ancienne attestation de "Galette des rois" remonte à 1311 où une charte de Robert, évêque d'Amiens, mentionne la coutume annuelle de "tirer les Rois" au moyen d'une "galette feuillée". Il ne s'agissait pas encore de pâte feuilletée ni d'un gâteau fourré à la frangipane.

 
A la Révolution la tradition et si bien ancrée qu'elle ne pourra plus être supprimée et sera ridiculement remplacée par la Fête du Bon Voisinage avec un Gâteau de l'Egalité (on ne doit plus parler de rois !).

Longtemps, l'Epiphanie fût plus important que le jour de Noël. Comme beaucoup de fêtes chrétiennes, la date de l'Epiphanie correspond à l'origine à une fête paienne.
Autrefois, les Romains fêtaient les Saturnales. Ces fêtes duraient 7 jours et tout était autorisé. A cette occasion, les soldats tiraient au sort, grâce à une fève, un condamné à mort qui devenait "roi" le temps des réjouissances. Une fois les Saturnales achevées, la sentence était exécutée. Les Grecs utilisaient aussi un système de tirage au sort avec des fèves pour attribuer certaines magistratures.
 
Sous l'ancien régime, on l'appela "gâteau des rois" car cela tombait en pleine période des redevances féodales et il était d'usage d'en offrir un à son seigneur.
La galette proprement dite (pâte feuilletée plus crème frangipane) apparut au XVIIe siècle. Anne d’Autriche et son jeune fils Louis XIV en partagèrent une la veille de l'Epiphanie de 1650.
 
En 1801, le concordat fixa la date de l'épiphanie au 6 janvier.
Traditionnellement une fève est cachée dans la galette et la personne qui obtient cette fève devient le roi de la journée et a le droit de porter une couronne de fantaisie. Dans le circuit commercial, dans la seconde moitié du XXe siècle, les boulangers fournissent avec la galette une couronne en papier doré à usage unique. Plus traditionnellement chaque famille réalise et conserve une ou plusieurs couronnes artisanales. Le bénéficiaire de la fève doit offrir la prochaine galette. C’est le plus jeune des convives, caché sous la table, qui décide de la distribution des parts.
À la fin du XVIIIe siècle, des fèves en porcelaine apparurent, représentant l’enfant Jésus en porcelaine. Sous la Révolution on remplaça l’enfant Jésus par un bonnet phrygien. Les graines de fève furent systématiquement remplacées en 1870 par des figurines en porcelaine. 

Que symbolise la fève ?

Dans les civilisations antiques, les fèves (le légume) sont un moyen de communiquer avec les morts via la pensée magique. Elles symbolisent aussi l'embryon, qui va permettre la renaissance.

On les retrouve aussi dans d'autres gâteaux que ceux de l'Epiphanie comme ceux consommés lors d'un mariage, où que l'on donne aux accouchées. Il s'agit d'une offrande rituelle.

Les petits sujets en porcelaine font leur apparition au XVIIIe siècle. Ils sont alors radicalement chrétiens : ce sont des poissons (l'emblème des premiers chrétiens) ou des baigneurs (qui symbolisent Jésus).



En Espagne, c'est le jour de l'Epiphanie que les enfants reçoivent les cadeaux et non à Noël. On profite de ce "Jour des 3 Rois" pour échanger les cadeaux de Noël.
A l'origine ce sont les rois mages qui apportèrent des présents 12 nuits après la naissance de l'enfant Jésus.

Pour cette occasion, on confectionne un pain en forme de couronne parfumé de zestes de citron et d'orange, brandy et eau de fleur d'oranger, décoré de fruits confits et d'amandes effilées. On y glisse une pièce d'argent, une figurine chinoise ou un haricot sec. 



En savoir plus :

Tout savoir sur l'Epiphanie

 

Epiphanie et Rois mages

Les rois mages


Pendant longtemps, le 6 janvier jour de l'Epiphanie fût plus important que le jour de Noël. Ce jour là, on célébra le miracle de Cana : de l'eau changée en vin. Un rituel de quête terminait jadis la période des 12 jours de fêtes.  Les quêteurs recevaient souvent en guise de présent une part de galette....

A l'origine ce sont les rois mages qui apportèrent des présents 12 nuits après la naissance de l'enfant Jésus.

Les rois mages sont des personnages importants.  


La symbolique des cadeaux en portait témoignage : l'or de Melchior célébrait la royauté, l'encens de Balthazar la divinité et la myrrhe de Gaspard annonçait la souffrance rédemptrice de l'homme à venir sous les traits de l'enfant.

L'origine des Rois mages est aujourd'hui encore obscure. On les dits savants, riches mais errants. 

Une chanson populaire raconte comment les Rois mages sont venus d'Afrique. 

Pour l'Evangile, ils arrivèrent de l'Orient.

"Venus d'Orient, trois rois se mirent en route en suivant la lumière de l'étoile qui les guida jusqu'à Bethléem. Ils y trouvèrent l'enfant Jésus, qui appelèrent le " Nouveau Roi des Juifs ". 
Quand ils le découvrirent dans l'étable, près de ses parents, Marie et Joseph, ils s'agenouillèrent devant lui en signe de respect et lui apportèrent de l'or, de la myrrhe et de l'encens."


Qu'est ce que la myrrhe ?

La myrrhe est une résine odorante fournie par un arbre d'Arabie, le balsamier.



En Espagne, c'est le jour de l'Epiphanie appelé jour des" 3 Rois" que les enfants reçoivent les cadeaux et non à Noël. 

Pour fêter l'arrivée des Rois Mages, les Espagnols organisent un défilé appelé la "Cabalgata de los Reyes Magos". 

Les Rois Mages arrivent sur leurs chameaux chargés de cadeaux, en compagnie de leurs pages qui distribuent aux enfants des bonbons et des friandises. C'est aussi l'occasion pour les enfants de laisser leur lettre où ils préciser les cadeaux qu’ils veulent recevoir aux Rois.
Le soir de l'arrivée des Rois Mages, les enfants se couchent tôt et laissent leurs chaussures dans un endroit où les Rois seront sûrs de les trouver pour y déposer les cadeaux. Et comme les Rois Mages sont très certainement tout aussi gourmands que notre Père Noël, les enfants pensent à laisser des friandises pour eux et du foin pour leurs chameaux. 


Lorsque les enfants se lèvent le lendemain matin, ils découvrent que les Rois ont mangé toutes les friandises, les chameaux le foin et que leurs chaussures sont recouvertes de cadeaux ! Les fêtes se terminent par un petit-déjeuner composé du Roscón de Reyes, l'équivalent de la galette des rois sous forme de brioche décorée de fruits confits.


Pour cette occasion, on confectionne un pain en forme de couronne parfumé de zestes de citron et d'orange, brandy et eau de fleur d'oranger, décoré de fruits confits et d'amandes effilées. On y glisse une pièce d'argent, une figurine chinoise ou un haricot sec.  




Histoire des Reyes Magos
Cette célébration a pour origine le récit de l'Evangile évoquant la visite des Rois Mages venus rendre hommage à Jésus en lui apportant de l'or, de l'encens et de la myrrhe. En 1885, le gouvernement espagnol décida d'organiser une grande parade à cette occasion. La Cabalgata de los Reyes Magos est la plus ancienne des fêtes traditionnelles en Espagne.  

Bonne année 2013